Sujihiki de Yanick Puig

[Review] Le Sujihiki de Yanick Puig

 

Article en partenariat

Picto Facebook
Picto Twitter
Picto Pinterest
Picto Google+

Attention ça coupe !

Il y a peu, nous avons reçu un couteau de cuisine, ou plus exactement un Sujihiki (voir notre article sur les différents couteaux de cuisine japonais) préparé sur mesure pour nous par Yanick Puig.

Yanick est un artisan forgeron passionné par les couteaux japonais, mais également par l’art de la coutellerie nippone, il suffit de parler quelques minutes avec lui pour comprendre à quel point il aime son métier et les couteaux qu’il fabrique.
Je vous laisse imaginer, si vous avez la chance, comme nous l’avons eu, de discuter avec lui de forge, de couteaux, de culture et de tradition japonaise sur les couteaux.
Nous sommes ressortis grandis de ces discutions et échanges de connaissances, et nous continuerons à en avoir d’autres avec lui tout aussi intéressantes.

Mais revenons au sujet de départ : le couteau japonais que nous à forgé Yanick – le Sujihiki.

La précision, la finesse du travail, tout est parfait, on sent la maitrise du coutelier.
En même temps avec 18 ans de coutellerie, ça ce voit tout de suite sur le couteaux !
L’aspect général, la prise en main, le coupant, tout est nickel ! Tellement nickel que nous avons eu du mal à trouver un défaut.

D’ailleurs nous en avons pas trouvé.

Les caractéristiques du Sujihiki

Le Tsuka (manche) est de forme Hakkaku (octogonale) et conique et a été préparé en racine de buis, et le Kakumaki (virole) est en corne de buffle noire, d’une longueur de 120 mm pour une hauteur 27 mm et 20 mm de largeur au Tsukajiri (fin de manche).

La lame forgée main en acier San-Maï (sandwich) préparé à la forge directement par Yanick, est composée d’une couche centrale de 135 CR3 et de fer doux pour les couches extérieures.
Elle mesure 28 cm pour un tranchant de 27 cm de l’Ago (garde de la lame) au  Kisuki (pointe de la lame), pour une hauteur de 38 mm de haut et 18 mm juste avant le biseaux type Kiritsuke.

Voilà voilà

le Sujihiki

Sujihiki de Yanick Puig - le couteau sujihiki dans son saya de protection

Voici le « petit » Sujihiki de 27 cm de lame dans son Saya (fourreau) sur mesure, fournis avec le couteau.
Rien que là il en impose.

Sujihiki de Yanick Puig - le sujihiki en dehors de son saya

Et lorsque l’on sort le couteau du Saya, c’est encore mieux.

Sujihiki de Yanick Puig - le logo poinçonné

Ici on peut voir le Mei (signature) poinçonné de Yanick, sur le Hira (plat de la lame) aspect brut de forge.
On voit d’ailleurs très bien le Hazakai (la démarcation entre les différentes couches qui composent le San-Maï).

Sujihiki de Yanick Puig - la lame

Voici l’autre côté qui est tout aussi impressionnant.

Sujihiki de Yanick Puig - la pointe façon Kiritsuke

Maintenant voyons la pointe de la lame, qui, vous l’aurez remarqué, n’a pas la forme habituelle du Sujihiki.
Ici, c’est une variante avec une pointe du type Kiritsuke, c’est d’ailleurs fort joli ainsi.

Sujihiki de Yanick Puig - le San-Maï

le Mune (dos de la lame), ou l’on voit très bien les différentes couches de métal, avec l’acier 135 CR3 au centre.
L’épaisseur de la lame commence à presque 4 mm au niveau du manche pour finir à 1 mm au Kissaki (pointe).

Il va vraiment falloir préparer une illustration avec tous les termes japonais des différentes parties d’un couteau, ce sera sans doute plus explicite ^^

Sujihiki de Yanick Puig - le fil

Du côté du Hasaki (tranchant de la lame) c’est très très fin, un vrai rasoir.

Sujihiki de Yanick Puig - le manche

Pour le manche l’accord entre la corne de buffle noire et la racine de buis jaune est simplement sublime et va très bien avec l’aspect brut de forge de la lame.

Sujihiki de Yanick Puig - le manche

La forme Hakkaku (octogonale) du manche est très appréciable : une fois en main, le couteau trouve naturellement sa place.

Sujihiki de Yanick Puig - le manche

Le manche et la lame sont travaillés séparément et assemblés juste avant l’aiguisage.

Sujihiki de Yanick Puig - l’intérieur du saya
Même le saya est travaillé avec soin et préparé sur mesure une fois le couteau finalisé.

Sujihiki de Yanick Puig - le couteau rentrant dans son saya

 

Sujihiki de Yanick Puig - le plot du saya

Sujihiki de Yanick Puig - le couteau sujihiki dans son saya de protection

Sujihiki de Yanick Puig - saya fermé

Sujihiki de Yanick Puig - ça coupe bien

Pour finir, un petit test de coupe sur un saucisson artisanal, et franchement ça coupe bien.

Pour conclure

C’est vraiment du très bon et du très beau travail.

Par contre, on ne va pas se mentir, un couteau de cette qualité à forcement un certain coût, en même temps c’est beaucoup d’heures de labeur.
Il faudra également avoir un peu de patience, parce que les délais sont assez longs, Yanick a de nombreuses commandes à honorer.

De plus, avant de commander un couteaux chez Yanick, prenez en compte que ce genre de couteau demande un peu d’entretien, à cause de l’acier 135 CR3 qui à une forte teneur en carbone.
Il faut le nettoyer et éventuellement passer un peu d’huile alimentaire dessus pour le protéger dès que vous avez fini de vous en servir, on évite de le laisser dans le bac de plonge ;).

Pour les commandes c’est très simple, il suffit de faire un tour sur le site de Yanick Puig (on vous a mis un lien sur son logo un peu plus haut dans l’article), ou bien de lui passer un petit coup de téléphone au 06 98 10 53 33.

Vous pourrez ainsi voir avec lui le type de couteaux que vous souhaitez, parce qu’il ne fait pas que des Sujihiki, mais aussi la taille de la lame, sa hauteur, les matières pour le manche et les couleurs de celui-ci…
Bref un couteau sur mesure.

N’oubliez de lui dire que vous venez de notre part ! Peut-être qu’on aura une réduction grâce à vous sur notre prochaine commande 😉

Picto Facebook
Picto Twitter
Picto Pinterest
Picto Google+

Prochain matériel :

[Review] Le thermoplongeur Buffalo

Une petite review du thermoplongeur de la marque Buffalo.

Go !

Laissez nous un commentaire

Salut 61 Degrés,

Abonnez-vous !

Pour recevoir tous les lundis un condensé de nos saveurs directement dans votre boite email c'est ici !

Fermer

Mentions légales

Le site www.61degres.com appartient à Cédric Tomasini à titre personnel.

 

 

Design et développement : Studio VégétalGraphik - www.vegetalgraphik.com - 16 rue Jantet - 39100 Dole - France
Entreprise en nom propre / SIREN 510 587 843

 

Hébergement : 1and1 Internet Sarl - 7 place de la Gare - BP 70109 - 57201 Sarreguemines Cedex - France
SARL au capital de 100 000 Euros / SIRET 431 303 775 000 16

 

Pour exercer votre droit d'accès, de modification ou de suppression des données personnelles collectées par le biais du site, vous pouvez contacter Cédric Tomasini par courrier, téléphone ou email. Votre demande sera satisfaite dans les meilleurs délais.

 

Toute reproduction, même partielle, du site www.61degres.com est interdite, sauf autorisation contraire écrite de Cédric Tomasini.

Fermer

Charte des commentaires

A lire avant de commenter ! Quelques dispositions à respecter pour rendre les débats passionnants sur 61°Degrés.

 

 

Commentez pour enrichir :
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur 61°Degrés.

 

Les auteurs des articles vous lisent :
Les auteurs de 61°Degrés considèrent que leur travail ne s'arrête pas avec la publication de leurs articles et participent, dans la mesure de leur disponibilité, aux discussions qui les prolongent. Ils assurent eux-mêmes la modération des commentaires.

 

Respectez vos interlocuteurs :
Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot : le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

 

Conditions pour commenter :
Il n’est pas nécessaire d’être enregistré(e) sur le site pour pouvoir commenter, néanmoins, un nom et une adresse email sont requis. Le nom est affiché avec le commentaire. L’email n’est en aucun cas diffusé sur le site.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.

 

Contenus illicites et prohibés :
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

 

Modération des commentaires :
61°Degrés se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.
61°Degrés se réserve également le droit de supprimer tout commentaire contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des éventuelles réponses qui lui ont été faites. Elle peut s’accompagner du blocage de son auteur.

 

Merci pour votre participation à 61°Degrés

Fermer

Articles en partenariat :

Ce sont des articles écrits avec la participation de partenaires.
Ceux-ci ont été sélectionnés par nos soins, pour nous aider, nous financer, ou nous fournir le matériel pour nous permettre de travailler et faire les tests nécessaires sur un sujet que nous souhaitions aborder dans le site.

Exemple : les poivres du monde

 

 

Articles sponsorisés :

Ce sont des articles pour lesquels nous avons été rémunérés : en argent, en matière première ou en matériel pour écrire sur une thématique ou un produit donné à la demande d'un commanditaire (entreprise, marque, association, groupement...).
Les articles sponsorisés diffèrent des articles en partenariat, puisque nous avons été contactés pour réaliser cet article sur le sujet.
Mais seulement si le produit ou le matériel sur lequel nous devons écrire nous a plu, sinon il n'apparait pas sur le site.

 

 

Quoi qu'il en soit :

Qu'il soit question d'article, de recette, de technique ou autre... chacun des articles présents sur le site est écrit sans jamais laisser un partenaire ni un commanditaire nous dicter notre mode d'écriture, ni les propos que nous devons tenir à l'égard de son produit et de sa marque.
En bref, nous ne racontons que ce que nous voulons dans nos articles.