Thermoplongeur Buffalo

[Review] Le thermoplongeur Buffalo

 

Article en partenariat

Picto Facebook
Picto Twitter
Picto Pinterest
Picto Google+

Le thermoplongeur…

C’est un peu incontournable en cuisine moderne, surtout lorsque l’on parle de cuisson basse température sous vide, de parler de thermoplongeur.

Tout d’abord qu’est ce qu’un thermoplongeur et quelle est son utilité ?

Un thermoplongeur c’est en quelque sorte un bain marie portatif, ou plutôt une unité de chauffe portable pour transformer n’importe quel bac ou récipient contenant de l’eau en bain marie.
Pour faire simple c’est une résistance couplée à une sonde de température, un timer et un agitateur d’eau – en l’occurrence une pompe.

Il suffit de le plonger dans l’eau et de paramétrer la température que l’on souhaite obtenir et la durée de chauffe.

Le thermoplongeur est particulièrement utile en cuisine lorsque l’on souhaite cuire à basse température, puisque on peut choisir le degrés exact de cuisson. Bien sûr, les fours modernes permettent également une cuisson au degré près, mais le bain marie garantit une température homogène au contact du produit à cuire.

La cuisson au thermoplongeur peut s’effectuer de 2 façons : la première et la plus rependue consiste à cuire le produit une fois mis sous vide, la seconde méthode consiste à cuire directement le produit dans un bouillon ou une base aqueuse aromatisée chauffée par le thermoplongeur.

Voici pour les explications générales sur les thermoplongeurs, mais revenons au sujet de départ.

Aujourd’hui nous allons vous parler d’un thermoplongeur en particulier : le thermoplongeur Buffalo.

Nous le connaissons plutôt bien, puisque nous l’utilisons depuis presque 4 ans maintenant.

Si vous avez suivi nos discutions sur Facebook, ou que vous êtes abonné à notre newsletter, vous savez que notre précédant thermoplongeur Buffalo à rendu l’âme. (snif snif)
Mais nous en avons reçu un tout neuf de notre partenaire Équipement Direct ! (merci merci !)

Alors en avant pour la review du nouveau modèle de thermoplongeur Buffalo.

Mais avant de commencer, une petite vidéo du thermoplongeur en fonctionnement.

 

Les caractéristiques du thermoplongeur Buffalo sur le papier

Sur le papier, le thermoplongeur Buffalo présente une jolie liste de compétences :

Écran de contrôle LCD ;
Alarme de détection du niveau faible d’eau et arrêt automatique du thermoplongeur ;
Contrôle de la durée de chauffe de 0 – 99 heures ;
Contrôle de la température de chauffe de 5 °C à 99 °C ;
Contrôle de température de ± 0,5°C ;
Acier inoxydable pour la partie immergée ;
230 V ;
Dimensions 320 (H) x 145 (L) x 130 (P) mm ;
Puissance : 1500 W – 6,5 A ;
Poids 1.8kg ;
Garantie 1 an.

À quoi ressemble le thermoplongeur Buffalo ?

Thermoplongeur Buffalo - en entier

Comme vous pouvez le constater, il est massif.

Thermoplongeur Buffalo - écran LCD

Ici nous avons la partie de contrôle du temps et de la température.
Il suffit de sélectionner la température souhaitée en appuyant sur + ou – pour faire varier la température par palier de 0,1 °C de 5 °C à 99 °C.
Puis de choisir la durée de chauffe toujours en appuyant sur + ou – ce qui fait augmenter ou diminuer de 1 minute le timer de 0 à 99 heures.
Il suffit par la suite d’appuyer sur le bouton marche (la flèche) pour activer le thermoplongeur et stop (le carré) pour arrêter la chauffe et le timer.
Il est également possible de sélectionner l’unité de température : Degrés Celsius ou Fahrenheit.
L’écran est rétroéclairé ce qui est assez utile.
Le contrôleur gardera en mémoire la température et la durée pour la prochaine utilisation.

Thermoplongeur Buffalo - partie avant

Ici on peut voir les petits patins qui permettent d’empêcher le thermoplongeur de toucher le fond du récipient.

Thermoplongeur Buffalo - poignée

Voici la poignée de fixation qui a été revue par rapport au modèle plus ancien.
Elle est munie d’un système qui permet de ne pas serrer la vis comme un bourrin.
En effet celle-ci saute lorsque vous avez suffisamment vissé et que le thermoplongeur est bien accroché.
On trouve également un petit bouton qui permet de descendre la poignée si nécessaire, pour surélever le thermoplongeur afin d’éviter qu’il ne touche le fond du récipient.

Thermoplongeur Buffalo - partie arrière boitier

Ici c’est l’arrière du boitier ou l’on retrouve un petit ventilateur qui permet de rafraichir le contrôleur. Par contre nous avons été surpris avec le modèle que nous venons de recevoir : celui-ci n’est pas munis d’un interrupteur on / off comme l’ancien modèle.
Ici c’est la prise de courant qui fait office de on / off lorsque l’on branche ou débranche.
Pas super comme système d’arrêt…

Thermoplongeur Buffalo - partie arrière

Voici la partie aspiration et filtration du thermoplongeur

Thermoplongeur Buffalo - filtre

En effet le thermoplongeur Buffalo est muni d’un petit filtre qui retient les grosses impuretés contenues dans l’eau du bac.

 

Thermoplongeur Buffalo - bouton de reboot

Voici le bouton de reboot discrètement placé sous un cache clipsé.
Il sert à rebooter le thermoplongeur si celui-ci surchauffe et se coupe.
Mais nous ne l’avons encore jamais utilisé.

Thermoplongeur Buffalo

Voici le thermoplongeur Buffalo dans un bac gastro, vous pouvez voir le marquage pour la quantité d’eau mini et maxi (prendre en compte le volume du produit à cuire dans le niveau d’eau ^^)

Si l’eau descend  en dessous du trait minimum, le thermoplongeur bipe et se stoppe pour vous indiquer qu’il faut remettre de l’eau.

Le thermoplongeur Buffalo dans la réalité

Dans la réalité c’est une autre paire de manche que sur le papier, mais voyons cela de plus près.

 

Pour le tableau de commande :

Celui-ci répond très bien, les boutons du panneau de contrôle ont été revus et sont moins durs à presser que sur le modèle précédent.
La prise en mains est très simple.
On met sous tension le thermoplongeur, on choisi la température, la durée de chauffe et on lance, il bipe lorsque la durée de chauffe est atteinte pour vous prévenir que c’est fini (mais continue de maintenir la température).
Pas de connexion via wifi ou bluetooth pour surveillez à distance que tout se passe bien.

Niveau sonore :

Il est relativement discret, par contre vous entendrez très bien les alarmes de fin de chauffe et de manque d’eau.

 

Niveau puissance de chauffe :

En partant d’une eau à 20 °C, il faut 12 minutes au thermoplongeur Buffalo pour porter à 60 °C un bac de 8 litres d’eau, c’est pas mal du tout, mais pas miraculeux.

Nous utilisons généralement un bac gastro en inox GN 1/2 d’une hauteur de 200 mm et d’une contenance de 12 litres, soit un bac rempli de 8 litres d’eau, ce qui convient parfaitement au thermoplongeur Buffalo puisqu’il lui faut une hauteur minimum de 12 cm d’eau pour chauffer, sinon l’alarme stoppe la chauffe.
Prévoyez néanmoins un bac d’une hauteur minimum de 20 cm pour pouvoir l’accrocher correctement.
En parlant du bac, une solution d’isolation autour du bac vous fera économiser pas mal de puissance lors de la cuisson, puisque le thermoplongeur ne se mettra pas en route à longueur de temps pour maintenir la température de l’eau. Pensez également à un couvercle pour minimiser l’évaporation et la perte énergétique.

Nous utilisons également un bac de 35 litres (une glacière) régulièrement, pour des grosses pièces de viande et des cuisson longue durée (72 h par exemple).
Le fait qu’il puisse tourner 99 heures d’affilée est un avantage.
Quant à la chauffe d’un aussi grand volume d’eau, il le gère sans soucis, jusqu’à une température de 70 °C. Au delà, il n’arrive pas à monter plus haut seul, la puissance n’est suffisante.

De même pour atteindre une température de 99 °C dans un petit bac 10 litres, il faudra chauffer l’eau au préalable, car au dessus de 92 °C affiché à l’écran, il peine à monter en température.

 

La précision de chauffe du thermoplongeur Buffalo :

Le constructeur annonce une précision de plus ou moins 0,5 °C, il faut comprendre par là que le thermoplongeur que vous avez reçu peut être 0,5 °C au dessus de la vraie température, ou 0,5 °C en dessous suivant son calibrage. Mais rassurer-vous, il maintient cet écart tout au long de la chauffe, ou presque.
En gros si le thermoplongeur que vous avez reçu est 0,5 °C au dessus de la vraie température, il le sera que vous choisissiez 50, 60 ,70°C… Mais votre voisin lui aura peut être un thermoplongeur calibré à – 0,5 °C.

Nous avons testé le Buffalo avec une sonde tout juste revenue de calibrage (oui c’est important de les faire recalibrer au moins une fois par an, pour être sûr de leur précision). Il est assez précis pour le modèle que nous avons reçu : nous avons un écart de + 0,5 °C sur la sonde de 40 °C à 85 °C puis un écart de 1 °C jusqu’à 94 °C, ce qui n’est pas si mal pour ce petit thermoplongeur.

Le maintient de la chaleur est très efficace : en effet dès que l’eau perd 0,2 °C, le thermoplongeur relance un cycle de chauffe, ce qui est très bien.

Concernant le timer, il n’y a pas de défaut, il est précis : une minute c’est une minute.

 

Maintenant parlons des côtés un peu moins sympa.Aïe à aïe

Sa durée de vie, nous ne sommes certainement pas un bon exemple, puisque nos thermoplongeurs tournent à longueur de journée, et sont soumis à rude épreuve.
Mais c’est quand même le troisième que nous avons en presque 4 ans !
Le premier a tenu 8 mois, et nous a été changé, sous garantie.
Son remplaçant lui a tenu 2 ans et demi.
Nous verrons bien pour le nouveau que nous avons reçu de notre partenaire Équipement Direct.

Un avertissement sonore lorsque la température sélectionnée est atteinte serait un plus sur ce modèle.

Le retour d’un bouton On / Off qui éviterait au thermoplongeur de prendre des châtaignes à chaque branchement. 

Un filtre un peu plus fin ne serait pas un luxe non plus surtout lorsque l’on fait cuire directement dans un bouillon.

Et c’est déjà pas mal pour les critiques.

Pour conclure

Malgré ses défauts, le thermoplongeur Buffalo reste très intéressant, et nous avons choisi de repartir avec lui pour de nouvelles aventures cette fois encore.

Mais pourquoi ?

Sa puissance !
Beaucoup de thermoplongeurs sur le marché ont une puissance de 800 w, ce qui convient à beaucoup pour une utilisation personnelle, mais pose des problèmes pour la cuisson de grosses pièces de viande puisqu’il n’ont pas la puissance pour chauffer un grand volume d’eau.

Sa précision de chauffe :
Comme nous le disions plus haut, ce modèle garanti une cuisson à la bonne température sur une plage tout a fait honnête.

Son prix :
En dessous de 250 € chez beaucoup de revendeur CHR, ce qui n’est pas un investissement trop important.

Bref c’est un bon petit thermoplongeur 😉

Picto Facebook
Picto Twitter
Picto Pinterest
Picto Google+

Prochain matériel :

Les couteaux de cuisine japonais

Comment choisir son couteau de cuisine ? surtout lorsque l'on recherche un couteaux japonais ? On vous propose un petit tour d'horizon des différents couteaux japonais et de leur usage. #couteauxjaponais

Go !

Laissez nous un commentaire

Salut 61 Degrés,

Abonnez-vous !

Pour recevoir tous les lundis un condensé de nos saveurs directement dans votre boite email c'est ici !

Fermer

Mentions légales

Le site www.61degres.com appartient à Cédric Tomasini à titre personnel.

 

 

Design et développement : Studio VégétalGraphik - www.vegetalgraphik.com - 16 rue Jantet - 39100 Dole - France
Entreprise en nom propre / SIREN 510 587 843

 

Hébergement : 1and1 Internet Sarl - 7 place de la Gare - BP 70109 - 57201 Sarreguemines Cedex - France
SARL au capital de 100 000 Euros / SIRET 431 303 775 000 16

 

Pour exercer votre droit d'accès, de modification ou de suppression des données personnelles collectées par le biais du site, vous pouvez contacter Cédric Tomasini par courrier, téléphone ou email. Votre demande sera satisfaite dans les meilleurs délais.

 

Toute reproduction, même partielle, du site www.61degres.com est interdite, sauf autorisation contraire écrite de Cédric Tomasini.

Fermer

Charte des commentaires

A lire avant de commenter ! Quelques dispositions à respecter pour rendre les débats passionnants sur 61°Degrés.

 

 

Commentez pour enrichir :
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur 61°Degrés.

 

Les auteurs des articles vous lisent :
Les auteurs de 61°Degrés considèrent que leur travail ne s'arrête pas avec la publication de leurs articles et participent, dans la mesure de leur disponibilité, aux discussions qui les prolongent. Ils assurent eux-mêmes la modération des commentaires.

 

Respectez vos interlocuteurs :
Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot : le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

 

Conditions pour commenter :
Il n’est pas nécessaire d’être enregistré(e) sur le site pour pouvoir commenter, néanmoins, un nom et une adresse email sont requis. Le nom est affiché avec le commentaire. L’email n’est en aucun cas diffusé sur le site.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.

 

Contenus illicites et prohibés :
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

 

Modération des commentaires :
61°Degrés se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.
61°Degrés se réserve également le droit de supprimer tout commentaire contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des éventuelles réponses qui lui ont été faites. Elle peut s’accompagner du blocage de son auteur.

 

Merci pour votre participation à 61°Degrés

Fermer

Articles en partenariat :

Ce sont des articles écrits avec la participation de partenaires.
Ceux-ci ont été sélectionnés par nos soins, pour nous aider, nous financer, ou nous fournir le matériel pour nous permettre de travailler et faire les tests nécessaires sur un sujet que nous souhaitions aborder dans le site.

Exemple : les poivres du monde

 

 

Articles sponsorisés :

Ce sont des articles pour lesquels nous avons été rémunérés : en argent, en matière première ou en matériel pour écrire sur une thématique ou un produit donné à la demande d'un commanditaire (entreprise, marque, association, groupement...).
Les articles sponsorisés diffèrent des articles en partenariat, puisque nous avons été contactés pour réaliser cet article sur le sujet.
Mais seulement si le produit ou le matériel sur lequel nous devons écrire nous a plu, sinon il n'apparait pas sur le site.

 

 

Quoi qu'il en soit :

Qu'il soit question d'article, de recette, de technique ou autre... chacun des articles présents sur le site est écrit sans jamais laisser un partenaire ni un commanditaire nous dicter notre mode d'écriture, ni les propos que nous devons tenir à l'égard de son produit et de sa marque.
En bref, nous ne racontons que ce que nous voulons dans nos articles.