Test du thermoplongeur Diamond de FusionChef Julabo

[Review] Le thermopongeur Diamond version Z

 

Article en partenariat

Picto Facebook
Picto Twitter
Picto Pinterest

Aujourd’hui test d’un thermoplongeur !

Nous rajoutons un nouveau cuiseur sous vide dans notre rubrique matériel, avec le test du thermoplongeur Diamond de chez FusionChef.

Nous vous avons déjà présenté son petit frère le Pearl, ici nous allons parler de la version supérieure.

Nous avons eu en main le Diamond dans sa version Z, c’est a dire muni d’un pont de fixation pour les bacs gastro, mais il existe avec une simple pince de serrage comme pour le Pearl.

Si vous avez un peu de temps, commencez par lire la review du Pearl
Il y a beaucoup de points similaires que nous avons passé rapidement dans l’article d’aujourd’hui parce que nous en avons déjà parlé dans la review du Pearl.

Bonne lecture !

 

Le Diamond sur le papier

Puissance électrique : 2.000 W (230 V / 50 – 60 Hz / 9,2 A)

Volume d’eau du bain marie : 58 l (norme DIN 12876-2)

Dimension générale (L/P/H) : 133 x 212 x 330 mm pour l’appareil – 335 x 190 x 330 mm avec le système de fixation

Profondeur minimale du contenant : 20 cm

Poids : 5 kg seul et 6,3 kg avec le système de fixation

Réglage de la température de travail : 20 °C – 95 °C
Réglage de la durée de cuisson : 1 min – 99 h

Précision : sonde de température au Platine (Pt)
Stabilité de la température : 0,01 °C

Flotteur de sécurité : intégré
Grille de protection : intégrée

Agitateur : par pompe – 14 l / min

Connectivité Bluetooth : non
Contrôle HACCP : oui via PC
Connexion sonde : oui (sonde en option)

Ecran : VFD

Classe de sécurité: IPX4 protection contre éclaboussures venant de tous côtés
Façade protégée des éclaboussures
Protection anti-vapeur

Fourni avec système de fixation : oui
Pont en inox, extensible de 35 à 68 cm

Garantie : 2 ans

Fabriqué en Allemagne

Le Diamond de FusionChef en photo

Test du thermoplongeur Diamond de FusionChef Julabo - de face

Le Diamond vu de face.
C’est la version Diamond Z que nous vous présentons, c’est-à-dire qu’il est fourni avec un support en inox extensible pour bac gastro.

 

Test du thermoplongeur Diamond de FusionChef Julabo - de côté

Le Diamond vu de côté.

 

Test du thermoplongeur Diamond de FusionChef Julabo - de dos

Le Diamond vu de dos, il y a un peu de changement par rapport au Pearl.
Toujours les fusibles et l’interrupteur étanche, mais on a en supplément une fiche pour une sonde (ext PT100) et une fiche pour relier le thermoplongeur à un ordinateur (RS232).

 

Test du thermoplongeur Diamond de FusionChef Julabo - les fiches de connection

D’ailleurs on voit tout suite beaucoup mieux sans les caches qui protègent les fiches contre l’humidité et les éclaboussures.

 

Test du thermoplongeur Diamond de FusionChef Julabo - la cage de protection

La cage de protection du système de chauffe et de brassage.

 

Test du thermoplongeur Diamond de FusionChef Julabo - le système de fixation dessous

Le système d’extension du pont inox permettant de s’adapter aux dimensions du bac gastro.

 

Test du thermoplongeur Diamond de FusionChef Julabo - la vise de démontage

Il est maintenu en position par deux petite vis, une de chaque côté du système de fixation.

Il suffit de dévisser.

 

Test du thermoplongeur Diamond de FusionChef Julabo - le système de fixation ouvert

Le système ouvert.

 

Test du thermoplongeur Diamond de FusionChef Julabo - système de fixation

Il est prévu pour s’accrocher parfaitement aux bacs gastro.

 

Test du thermoplongeur Diamond de FusionChef Julabo - le système de chauffe et de brassage

Le système immergé du thermoplongeur Diamond est identique à celui du Pearl : pas de changement notable pour les systèmes de chauffe, de brassage ou de filtration.

 

Test du thermoplongeur Diamond de FusionChef Julabo - le système de chauffe vue de haut

Vue de haut.

 

Test du thermoplongeur Diamond de FusionChef Julabo

Le Diamond mis en place.

 

Test du thermoplongeur Diamond de FusionChef Julabo ça brasse

C’est stable, ça chauffe vite l’eau dans le bac.

 

Test du thermoplongeur Diamond de FusionChef Julabo - les commandes

Côté commandes, il y a un vrai changement par contre : trois alarmes au lieu d’une, des programmes pré-enregistrés, l’indication de la température et de la durée de cuisson…

 

Test du thermoplongeur Diamond de FusionChef Julabo - connexion à la sonde

Connectons maintenant la sonde de température à la fiche.

 

Test du thermoplongeur Diamond de FusionChef Julabo - la sonde

La sonde côté aiguille, qui est entièrement étanche.

 

Test du thermoplongeur Diamond de FusionChef Julabo - la fiche de la sonde

Ça ressemble à ça à l’intérieur de la fiche.

 

Test du thermoplongeur Diamond de FusionChef Julabo - connexion au pc

Connectons maintenant le PC.

 

Test du thermoplongeur Diamond de FusionChef Julabo - le logiciel

Un petit aperçu du logiciel.

 

Diamond rapport HACCP

Et voici le rapport affiché au complet, avec le nom du produit, l’heure la température mesurée.
Ainsi, on peut suivre les variations de seconde en seconde tout au long de la cuisson.

Le thermoplongeur Diamond dans la réalité

Niveau sonore :

Avec ses 54 dB, il fait partie des thermoplongeurs les plus bruyants que nous ayons testés, mais étrangement, comme pour le Pearl, son bruit de fonctionnement est plus agréable que celui de ses concurrents.

 

Niveau puissance de chauffe :

Pour la puissance de chauffe sur un bac de 8l litres d’eau, il faut compter 10 minutes 17 (attention c’est précis) pour passer d’une température de 20 °C à 60 °C, jusqu’ici le Diamond et le Pearl sont les plus efficaces que nous ayons testés, surtout quand on voit que le temps d’homogénéisation de la température de l’eau dans tout le bac est de seulement 10 secondes lorsque la température est atteinte, alors que d’autres appareils prennent facilement 10 minutes sur 20 litres.

Pour un bac de 20 litres, comptez 32 minutes.

 

Précision de chauffe du thermoplongeur Pearl :

Nous avons effectué toutes nos mesures dans un bac en polycarbonate GN 1/1, rempli de 20 litres d’eau comme pour nos autres tests de thermoplongeur.

Nous avons placé le Diamond d’un côté et nos sondes à différents endroits du bac (sonde Pt), et nous avons constaté des écarts de température entre le thermoplongeur et les sondes compris entre 0 °C et 0,1 °C max entre 38 °C et 71°C, puis un écart de 0,1 °C à 0,2 °C entre 72°C et 80 °C, au delà, nous avons mesuré une différence comprise entre 0,1 °C et 0,3 °C jusqu’à 95 °C.

 

Les trucs dont on n’est pas fans :

 

Le niveau sonore de l’alarme :

Même soucis que sur son petit frère, le niveau sonore des alarme nous parait trop faible, et dans une cuisine en pleine effervescence, il n’est pas toujours évident de l’entendre.

 

Signal sonore de préchauffe :

Toujours pas de signal sonore sur ce modèle, et c’est bien dommage.
Ce n’est pas indispensable mais ça aide beaucoup.

 

Ce que nous aimons dans le Diamond :

 

Le système de brassage :

Comme pour le Pearl, son efficacité est indéniable.
Attention au œufs néanmoins, ça brasse beaucoup (beaucoup beaucoup).

 

Son système de grille de protection :

Nous étions déjà convaincus par ce système de démontage rapide de la cage sur le Pearl, cela se confirme avec le Diamond.

 

Le système de fixation : le pont en inox extensible mesure de 35 cm à 68 cm.
Il vient se fixer sous la partie émergée du thermoplongeur, à l’aide de 4 vis, après avoir retiré la cage de protection.
Ce système de fixation est très intéressant puisqu’une fois monté sur un bac gastro, il suffit de découper (ou faire découper) un rectangle pour faire un couvercle au bac, afin d’éviter la déperdition thermique.
Seul petit bémol : pour un montage/démontage rapide, des vis à mains qui ne nécessitent pas de tournevis seraient les bienvenues.

 

L’affichage :

L’un des défauts majeurs du Pearl est ici supprimé : le fait de n’avoir à l’écran que la température de l’eau.
Sur le Diamond, on a l’affichage de la température du bac, l’affichage de la température souhaitée et la durée de cuisson.
On a également, lorsque la sonde est branchée, l‘affichage de la température à cœur.

 

Les alarmes : sur le Diamond, il est possible de programmer 3 alarmes simultanément.
Elles sont munies chacune d’un un code couleur jaunebleurouge, que l’on peut également reproduire sur les sacs de cuisson (FusionChef propose d’ailleurs de petites bandes autocollantes à cet usage) lorsque l’on a plusieurs produits qui cuisent à la même température ou qui sont en phase de régénération (réchauffage).

 

Modes pré-enregistrés : le Diamond est muni de 15 modes de cuisson pré-enregistrés divisés en 3 sections : la viande, le poisson et les légumes.
Il est possible de régler soi-même chacune de sces valeurs.

 

L’enregistrement HACCP : Une fois le thermoplongeur connecté à un PC on peut enregistrer la cuisson afin d’avoir un suivi.
Par contre, ne mâchons pas nos mots : le système de connexion est dinosaurienne, entre le thermoplongeur et l’ordinateur, il faut utiliser un adaptateur avec une sortie usb, puisque la prise de sortie du thermoplongeur date de l’époque de Windows 95 (!!!!)
Pour le logiciel, pas de version française ce qui complique un peu plus les choses.
En effet, celui-ci est doté de multiples paramètres ce qui en fait une véritable usine à gaz, surtout si vous travaillez avec la version labo (la version chef n’est pas tout a fait la même, elle a été simplifiée, mais bon…), mais à l’époque du Bluetooth et des applications ultra ergonomiques on a vraiment l’impression d’être dans une autre époque.

 

La sonde de température à cœur : le Diamond est muni d’une fiche qui permet de connecter une sonde (en option) que l’on pourra placer au cœur de du produit à cuire. Cette température s’affiche à l’écran de contrôle et une alarme nous préviendra que la température souhaitée est atteinte à cœur.
Il ne restera plus qu’à sortir le ou les sachets, ou bien appliquer un temps de pasteurisation pour la conservation.

Conclusion

En conclusion, le Diamond est un bon thermoplongeur, c’est la version améliorée de son petit frère le Pearl, il est pour des chefs exigeants qui souhaitent un suivie HACCP, et un thermoplongeur qui tient la route.

Nos réserves restent les mêmes que pour le Pearl :

Le tarif, comptez la coquette somme de 2250 € HT pour la version Z ou 2100 € HT pour le Diamond seul.

La durabilité de certaines pièces, et notamment celles du système de brassage en plastique, nous inspirent une confiance relative, malgré son efficacité.

Comme pour le Pearl, il est presque impossible de travailler avec de petits volumes d’eau, nous vous conseillons donc de travailler avec un bac d’au minimum 20 l, sinon ça gicle et ça déborde tout autour !

Ces quelques réserves émises, nous classons le thermoplongeur Diamond de Fusion Chef parmi nos appareils préférés, surtout utilisé avec un grand volume d’eau.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager !

Vous souhaitez nous soutenir ?

Faites-le avec un tip sur notre page Tipeee !

Chaque euro collecté nous permettra d'améliorer nos recherches, nos articles, nos vidéos, nos vies...
Alors pensez-y !

Je tip

Picto Facebook
Picto Twitter
Picto Pinterest

Prochain matériel :

[Review] Emballeuse sous vide Kitchen Chef KCPSV60S

Petite présentation de la machine à emballer sous vide KitchenChef KCPSV60S

Go !

Laissez nous un commentaire

Salut 61 Degrés,

Abonnez-vous !

Pour recevoir tous les lundis un condensé de nos saveurs directement dans votre boite email c'est ici !

Fermer

Mentions légales

Le site www.61degres.com appartient à Cédric Tomasini à titre personnel.

 

 

Design et développement : Studio VégétalGraphik - www.vegetalgraphik.com - 16 rue Jantet - 39100 Dole - France
Entreprise en nom propre / SIREN 510 587 843

 

Hébergement : 1and1 Internet Sarl - 7 place de la Gare - BP 70109 - 57201 Sarreguemines Cedex - France
SARL au capital de 100 000 Euros / SIRET 431 303 775 000 16

 

Pour exercer votre droit d'accès, de modification ou de suppression des données personnelles collectées par le biais du site, vous pouvez contacter Cédric Tomasini par courrier, téléphone ou email. Votre demande sera satisfaite dans les meilleurs délais.

 

Toute reproduction, même partielle, du site www.61degres.com est interdite, sauf autorisation contraire écrite de Cédric Tomasini.

Fermer

Charte des commentaires

A lire avant de commenter ! Quelques dispositions à respecter pour rendre les débats passionnants sur 61°Degrés.

 

 

Commentez pour enrichir :
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur 61°Degrés.

 

Les auteurs des articles vous lisent :
Les auteurs de 61°Degrés considèrent que leur travail ne s'arrête pas avec la publication de leurs articles et participent, dans la mesure de leur disponibilité, aux discussions qui les prolongent. Ils assurent eux-mêmes la modération des commentaires.

 

Respectez vos interlocuteurs :
Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot : le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

 

Conditions pour commenter :
Il n’est pas nécessaire d’être enregistré(e) sur le site pour pouvoir commenter, néanmoins, un nom et une adresse email sont requis. Le nom est affiché avec le commentaire. L’email n’est en aucun cas diffusé sur le site.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.

 

Contenus illicites et prohibés :
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

 

Modération des commentaires :
61°Degrés se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.
61°Degrés se réserve également le droit de supprimer tout commentaire contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des éventuelles réponses qui lui ont été faites. Elle peut s’accompagner du blocage de son auteur.

 

Merci pour votre participation à 61°Degrés

Fermer

Articles en partenariat :

Ce sont des articles écrits avec la participation de partenaires.
Ceux-ci ont été sélectionnés par nos soins, pour nous aider, nous financer, ou nous fournir le matériel pour nous permettre de travailler et faire les tests nécessaires sur un sujet que nous souhaitions aborder dans le site.

Exemple : les poivres du monde

 

 

Articles sponsorisés :

Ce sont des articles pour lesquels nous avons été rémunérés : en argent, en matière première ou en matériel pour écrire sur une thématique ou un produit donné à la demande d'un commanditaire (entreprise, marque, association, groupement...).
Les articles sponsorisés diffèrent des articles en partenariat, puisque nous avons été contactés pour réaliser cet article sur le sujet.
Mais seulement si le produit ou le matériel sur lequel nous devons écrire nous a plu, sinon il n'apparait pas sur le site.

 

 

Quoi qu'il en soit :

Qu'il soit question d'article, de recette, de technique ou autre... chacun des articles présents sur le site est écrit sans jamais laisser un partenaire ni un commanditaire nous dicter notre mode d'écriture, ni les propos que nous devons tenir à l'égard de son produit et de sa marque.
En bref, nous ne racontons que ce que nous voulons dans nos articles.