Trompettes des mort, trompette de la mort.

Trompette des morts – Trompette de la mort – « Craterellus cornucopioides »

 

Picto Facebook
Picto Twitter
Picto Pinterest
Picto Google+

C’est certainement l’un des champignons les plus simples à reconnaître, avec le pied de mouton (Hydnum repandum).

Si il y a bien un champignon très facile à identifier c’est bien celui-ci.
La trompette est suffisamment caractéristique pour permettre même à un non-initié au secret de la mycologie de la reconnaître parmi tous les autres champignons.

Mais la vraie difficulté, ce n’est pas de l’identifier mais de la distinguer lors d’une cueillette.

En effet, comme vous pourrez le constater sur nos photos de détail de la trompette de la mort vue de haut, elle a la particularité de se camoufler dans son habitat grâce à sa couleur autant que par sa forme. Mais l’avantage lorsque l’on trouve les premières trompettes, c’est qu’elles sont généralement suivies par la découverte de leurs congénères, parfois de quoi remplir des paniers entiers. Certaines années, les taches (stations) de trompette de la mort s’étendent sur plusieurs dizaines de mètres.

Bonne cueillette et restez raisonnable.

Et donc à quoi ressemble une trompette des morts ?

Utilisez votre souris ou votre doigt pour faire tourner le champignon de notre vue à 360 °

Son chapeau : de 3 à 10 cm de diamètre, brun noirâtre, finement écailleux, il est évasé en forme d’entonnoir et complètement creux jusqu’au pied. Ses bords sont sinueux, ondulés et tournés vers l’extérieur.

 

Ses plis : La trompette est dépourvue de plis, ou de lames, mais souvent lisse ou simplement veinée de couleur gris-noir plus ou moins cendré à cause de ses spores blancs.

 

Son pied : Il peut atteindre 6 – 8 cm de haut pour 1,5 cm de diamètre et est dans la continuité du chapeau, il est creux et sa base est généralement plus noire.

 

Sa chair : Noire, très mince, élastique et filandreuse, avec une odeur fruitée très agréable.

 

Son habitat : on la trouve dans toutes les forêts de feuillus et de conifères.

Quand pouvons nous la trouver ?

La trompette est un champignon que l’on trouve à partir de la fin de l’été et en automne.
Généralement en station de plusieurs individus collés les uns aux autres.
C’est un champignon qui aime les terrains humides mais pas détrempés pour se développer.

Quel risque de confusion ?

Il est possible de la confondre avec la chanterelle cendrée (Craterellus cinereus), même si personnellement, nous trouvons que la chanterelle cendrée ressemble plus à une chanterelle en tube noirâtre qu’à une trompette.
Quoi qu’il en soit, la chanterelle cendrée se différencie de la trompette de la mort grâce à son odeur caractéristique de mirabelle, plus marquée que chez sa cousine, mais surtout par ses plis très nettement décurrent. C’est un bon consommable également mais elle se fait plus rare.

La trompette peut aussi être éventuellement confondue avec la chanterelle sinueuse (Craterellus sinuosus), même si le chapeau de cette dernière, brun irrégulier, sa marge sinueuse, mais surtout son hyménium (la partie fertile du sporophore des champignons) blanchâtre et veiné la différencie parfaitement de sa cousine la trompette des morts. Bon comestible également.

Allez hop, quelques détails des trompettes pour être sûr de l’identification 😉

Trompettes des mort, trompette de la mort.

Trompettes de la mort dans leur habitat

Gros plan sur une trompette des morts dans son habitat

Trompettes de la mort dans leur habitat

Gros plan sur une trompette des morts dans son habitat

Trompette des morts entière

Trompette des morts entière

Coupe d'une trompette des morts

Vue de dessus du chapeau d'une trompette de la mort

Qu'est-que l'on peut en faire

La trompette des morts est un très bon comestible, très parfumé, fruité et savoureux, avec une texture légèrement élastique à la cuisson.

Mais de notre point de vue, c’est certainement séché qu’elle a le plus de parfum, même si sa consommation fraiche est toujours un régal.

Ou peut l’utiliser pour préparation d’un velouté aux champignons au goût très prononcé.

Cuite à la poêle avec juste un peu de beurre, c’est délicieux : le goût de ce champignon se suffit à lui même.
Mais il peut être intéressant de la mélanger avec des pommes de terres sautées, ou d’ajouter un peu de crème fraiche en fin de cuisson pour l’associer à des pâtes fraiches.

Vous pouvez les faire sécher soit au déshydrateur, soit en les suspendant à un fil pour pouvoir en profiter toute l’année lorsque les récoltes sont abondantes, voire même les mixer ensuite pour en faire une poudre que vous utiliserez comme condiment dans de nombreux cas : sauce, bouillon, vinaigrette…

Si vous les séchez, pensez à les réhydrater au moins 10 minutes dans de l’eau tiède pour qu’elles retrouvent leur forme ‘presque) originelle.

Lors de la préparation d’un risotto, vous pouvez ajouter des trompettes fraiches ou séchées et réduites en poudre pour aromatiser votre riz.

Dans une viande en croute, préparée à basse température ou non, elles font des miracles.

De même lors de la confection de pâté, de terrine, de farce ou de saucisses, l’ajout de poudre de trompette est un véritable atout gustatif.

Vous pouvez également utiliser la trompette pour aromatiser l’eau qui va vous servir à fabriquer vos pâtes fraiches.

Il est également possible de les préparer dans une omelette (berk ! désolé je n’aime pas l’omelette, mais Claire si).

Il est possible aussi de l’utiliser pour créer un nuage très savoureux à ajouter à vos plats, et là nous vous conseillons d’utiliser des trompettes séchée et réduites en poudre que vous mettrez à hydrater dans votre liquide de base (bouillon + Lécithine par exemple) pour lui conférer un super goût.

Dans des les gougères c’est très sympa.

Dans une purée légère, avec du sanglier préparé sous vide, avec des moules au vin blanc, dans une quiche, dans un cromesquis de risotto, avec un rôti de veau, ou un rôti de bœuf, en tourte, dans une face pour la volaille, dans des lentilles noires, dans une terrine, dans une glace au œufs (miam c’est super bon ça), dans des raviolis…

Le mot de la fin

Vous l’aurez compris, la trompette des morts est un super atout en cuisine pour de nombreuses préparations. En plus, les années à trompettes, les récoltes sont assez abondantes et il est difficile de se tromper lors de l’identification.

Au final c’est un super champignon. Mais justement, ce super champignon, aussi fort qu’il soit, ne doit pas nécessairement subir les razzias qu’il endure parfois.
Alors gardez la tête froide et ramenez chez vous ce que vous pouvez consommer sans en abuser.

Picto Facebook
Picto Twitter
Picto Pinterest
Picto Google+

Prochain ingrédient :

Coulemelle – Lépiote élevée – « Macrolepiota procera »

Après le cèpe de Bordeaux, voici la fiche de la coulemelle, pour tout savoir sur ce champignon et comment le consommer !

Go !

Laissez nous un commentaire

Salut 61 Degrés,

Abonnez-vous !

Pour recevoir tous les lundis un condensé de nos saveurs directement dans votre boite email c'est ici !

Fermer

Mentions légales

Le site www.61degres.com appartient à Cédric Tomasini à titre personnel.

 

 

Design et développement : Studio VégétalGraphik - www.vegetalgraphik.com - 16 rue Jantet - 39100 Dole - France
Entreprise en nom propre / SIREN 510 587 843

 

Hébergement : 1and1 Internet Sarl - 7 place de la Gare - BP 70109 - 57201 Sarreguemines Cedex - France
SARL au capital de 100 000 Euros / SIRET 431 303 775 000 16

 

Pour exercer votre droit d'accès, de modification ou de suppression des données personnelles collectées par le biais du site, vous pouvez contacter Cédric Tomasini par courrier, téléphone ou email. Votre demande sera satisfaite dans les meilleurs délais.

 

Toute reproduction, même partielle, du site www.61degres.com est interdite, sauf autorisation contraire écrite de Cédric Tomasini.

Fermer

Charte des commentaires

A lire avant de commenter ! Quelques dispositions à respecter pour rendre les débats passionnants sur 61°Degrés.

 

 

Commentez pour enrichir :
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur 61°Degrés.

 

Les auteurs des articles vous lisent :
Les auteurs de 61°Degrés considèrent que leur travail ne s'arrête pas avec la publication de leurs articles et participent, dans la mesure de leur disponibilité, aux discussions qui les prolongent. Ils assurent eux-mêmes la modération des commentaires.

 

Respectez vos interlocuteurs :
Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot : le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

 

Conditions pour commenter :
Il n’est pas nécessaire d’être enregistré(e) sur le site pour pouvoir commenter, néanmoins, un nom et une adresse email sont requis. Le nom est affiché avec le commentaire. L’email n’est en aucun cas diffusé sur le site.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.

 

Contenus illicites et prohibés :
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

 

Modération des commentaires :
61°Degrés se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.
61°Degrés se réserve également le droit de supprimer tout commentaire contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des éventuelles réponses qui lui ont été faites. Elle peut s’accompagner du blocage de son auteur.

 

Merci pour votre participation à 61°Degrés