Les poivres du monde - Différents poivres du monde ( Voatsiperifery, Nam Bô...)

Les poivres du monde – part 1 : Introduction sur le poivre

 

Picto Facebook
Picto Twitter
Picto Pinterest
Picto Google+

Nous voulions au début vous faire un article sur les différents poivres du monde, mais finalement il y a tellement de choses à vous dire avant que nous l’avons découpé en plusieurs parts.

Une première partie qui parlera de manière générale des différentes familles, des différentes couleurs du poivre, des différents lieux de culture du poivre, et quelques conseils pour mieux reconnaitre et sélectionner un bon poivre.

Une troisième partie qui traitera des poivre Piper Nigrum de A à M, et une quatrième partie viendront très vite compléter cet article, et traiteront des poivres de la famille botanique des Piper nigrum de N à Z que l’on peut trouver dans le monde.

Nous finirons par une dernière part qui traitera des autres poivres (Piper longum, capense, cubeba, guineense, borbonense…).

Entre temps, notre article technique « Comment goûter le poivre » aura été mis en ligne, afin de vous aider à mieux appréhender cette univers gustatif et olfactif, mais surtout pour vous expliquez comment nous procédons pour établir un choix dans la sélection de nos poivres pour les plats que nous vous proposons.

Bonne lecture de cette première part, et bon voyage !

Les différents endroits dans le monde où l'on cultive le poivre

Les poivres du monde - Différents poivres du monde (Voatsiperifery, Nam Bô...)

Vous n’êtes pas sans savoir que le poivre est une graine qui pousse en grappe récoltée sur des lianes qui poussent dans les climats tropicaux, chauds, humides et ombragés pour se développer pleinement.

Le poivre est cultivé principalement dans les pays de la ceinture tropicale,  au Brésil (Belem), au Cameroun (Penja), en Inde (Tellicherry, Malabar, Pondichery, Kerala, Sri Lanka…), au Cambodge (Kampot, Mondolkiri…), au Vietnam, au Laos, en Malaisie (Sarawak, Bornéo…), en Indonésie (Muntok, Lampong, Java, Sumatra…), au Népal, en Éthiopie, au Congo, à Madagascar, en Colombie (Putumayo)…

Néanmoins, le Vietnam est le plus gros producteur mondial de poivre. Il fournit les poivres noirs et blancs les plus courants dans le commerce.
Viennent ensuite l’Inde, l’Indonésie, le Brésil…

Fin de la minute géographique 😉

Les différentes familles botaniques de poivre

Différentes variétés de poivres

Parfois nous entendons ou pouvons même lire le terme « poivre de Sichuan« , ou « poivre de Timut » sur certains sites ou livres de cuisine.

C’est un amalgame très répandu, mais pourtant incorrect, puisqu’il s’agit en l’occurrence de deux variétés de baies du genre Zanthoxylum, plus proches des agrumes (d’où leur parfum) que des lianes à poivre (du genre Piper).

Mais non, ce n’est pas une aberration, ce que nous sommes entrain de vous expliquer !

Pour faire simple : le poivre le plus connu est le fruit de la liane du Piper nigrum, c’est la plus cultivée dans le monde. On trouve des poivres issus de cette liane avec des appellations relatives à leur lieu de production : poivre de Madagascar, poivre de Kampot, poivre de Penja, poivre de Sarawak ou de Tellicherry….

Il existe également d’autres espèces de poivre comme le Piper longum ou poivre long cultivés à Java, au Bengal, à Jaborandi, à Kampot, au Népal… Le Piper capense ou poivre long de Timiz, le Piper cubeba ou Cubèbe de Java, Sumatra, Sri Lanka… Le Piper guineense ou bien encore le célèbre Piper borbonense : le poivre Voatsiperifery de Madagascar… puisque l’on dénombre pas loin d’une quarantaine d’espèces du genre Piper.

Chacun d’entre eux offre une palette de parfums et de saveurs très différentes en fonction de leur provenance et de leur terroir.

D’ailleurs, nous sommes déjà entrain de vous préparer 3 articles sur ces différents poivres pour vous faire découvrir toute l’étendue de leurs arômes et les différentes possibilités qu’ils apportent en cuisine.

Après les poivres viennent les baies épicées que l’on nomme trop souvent « poivres » mais qui n’en sont pas : baie de Timut, de Sichuan, baie rose, baie de Jamaïque… mais nous en parlerons dans un (ou plusieurs ? le sujet est vaste !) article qui leur sera spécialement consacré.

Les différentes couleurs du poivre

Les différentes couleurs du poivre : vert, noir, rouge et blanc

Une fois les différentes espèces de poivre passées en revue, il ne nous reste plus qu’à faire une rapide explication sur les différentes couleurs des poivres : vert, noir, rouge et blanc pour mieux comprendre de quoi il retourne lorsque souhaitez sélectionner un poivre.

Pour commencer, les 4 couleurs du poivre correspondent aux stades de maturité de la baie lorsqu’elle est récoltée, et le traitement qu’elle subit par la suite.

 

Le poivre vert

Il est récolté bien avant sa maturité, lorsque les fruits atteignent la taille souhaitée, maintenu à l’humidité puis séché rapidement par déshydratation ou lyophilisation pour préserver un maximum les arômes.
On peut le trouver également en saumure et parfois frais, mais c’est beaucoup plus rare car il est très fragile.
À défaut de poivre vert frais, il est préférable de choisir des poivres verts qui ont été lyophilisés, les arômes sont mieux conservés.

Ce sont des poivres doux, légers, fruités, suaves, résineux, et délicats, au piquant léger.

 

Le poivre noir

Il est récolté tout juste avant sa maturité, lorsque les baies de poivre sont passés d’une teinte verte à une teinte jaune.
Elles seront ensuite séchées pendant plusieurs jours, au soleil la journée et recouvertes la nuit de sacs de jute et de bâches, pour les préserver de l’humidité.
C’est pendant la nuit que la fermentation du poivre noir s’opère, ce qui va lui donner progressivement sa texture fripée et sa teinte brun noir.
Il sera ensuite lavé, trié et séché une seconde fois rapidement pour éviter un taux d’humidité trop élevé.
Il existe une autre méthode qui consiste à tremper quelques minutes dans l’eau chaude le poivre pour concentrer les arômes, avant de procéder au séchage/fermentation puis au tri.

Le poivre noir est le poivre le plus répandu, il bénéficie d’une grande palette de saveurs et est produit un peu partout dans le monde.
Il est intense et piquant à cause de la pipérine présente dans le péricarpe (enveloppe de la graine), ses arômes développent des notes boisées, florales, résineuses, épicées, mentholées, anisées, d’essences (térébenthines, acétone, fioul…).

 

Le poivre rouge

Il est récolté à sa pleine maturité, lorsque les graines sont devenues orangé rouge ou rouge cerise foncé, puis elles sont séchées au soleil après avoir été humidifiées à l’eau chaude pour fixer leur couleur.
Attention au poivre rouge qui présentent une couleur trop rouge : certains marchands n’hésitent pas à teindre leur grains de poivre rouge afin de leur donner une plus belle couleur, bien vendeuse, rouge cerise foncé, qui devrait pourtant être une couleur gage de qualité.
Malheureusement, il est très difficile de trouver du poivre rouge qui a atteint sa pleine maturité puisqu’il est récolté généralement plus tôt, lorsque le fruit est presque mûr, pour éviter des récoltes désastreuses, notamment à cause des pluies diluviennes comme en Inde, la récolte du poivre rouge correspondant à la saison de la mousson.

Ce sont des poivres très parfumés, voluptueux, qui développent beaucoup d’arômes dus au processus de dessication lent.
On retrouvera des notes pâtissières, lactées, caféinées, chocolatées, boisées, végétales, florales…
Le poivre rouge reste cependant piquant grâce à la présence du péricarpe.

 

Le poivre blanc

Le poivre blanc n’est pas un stade de maturation à part, c’est un poivre récolté à maturité (poivre rouge) à qui l’on a retiré le péricarpe (coque protectrice qui recouvrez la graine) après l’avoir trempé pendant parfois une dizaine de jours dans de l’eau.
Les grains sont ensuite triturés et vannés pour séparer l’enveloppe de la graine puis triés.
Ils seront ensuite séchés au soleil  pendant une longue période de plusieurs jours à semaines, jusqu’à obtenir le séchage souhaité et une belle couleur crème, puisque le gains de poivre blanc s’éclaircissent lors du séchage.
Du fait du mode du processus long et coûteux pour obtenir un poivre blanc, certains marchands, comme pour le poivre rouge, n’hésitent pas à blanchir par procédé chimique les poivres pour obtenir une belle couleur blanche ivoire.
C’est le cas des poivres blancs que l’on retrouve généralement dans la grande distribution, qui sont blanc, voire même ivoire, mais surtout dépourvus de goût et de parfum.
Il est extrêmement dommage d’utiliser un telle procédé, déjà parce que les résidus de produits chimiques utilisés sont toxiques, et parce que les arômes si particuliers du poivre blanc sont perdus.

Le procédé de séchage long et traditionnel confère au poivre blanc des arômes très particuliers : animaliers, forestiers, fermentés, herbacés… doux et subtils, mais intenses.
Le poivre blanc est cependant moins piquant que les poivres rouges ou noirs en raison de la perte du péricarpe où réside la pipérine.

Comment reconnaître un bon poivre ?

Voyons la question qu’on ne manquera pas de nous poser :

Comment sélectionner / reconnaître un bon poivre ?

 

Les différentes qualités de poivres :

Il faut savoir tout d’abord qu’il y existe plusieurs qualités de poivres dans le commerce, mais aucun système de classification qualitative commun aux différents pays producteurs.

En Indonésie, on parle de asta, hand pick ou grade 1 pour les meilleurs poivres noirs, blancs et longs.
En Inde, on parle de TGESB, de TGEB et MG1 pour les poivres noirs, copiés par le VGESB du Vietnam.
À Madagascar de PN.
En Malaisie de Sarawak creamy white pepper et de cream et green label pour le poivre blanc, de Sarawak naturally clean black pepper, de brown et yellow label pour les poivres noirs.

Plus généralement, il est commun d’utiliser un système de grades allant de 1 (la qualité supérieure) à 5.

Tout d’abord les grands crus, si nous pouvons les appeler ainsi, ou grade 1, c’est la qualité la plus haute :
Cultivés avec passion, récoltés avec soin au bon moment, à la main, triés et séparés à la main également, calibrés, bien conditionnés et conservés.
Ce sont en général de gros grains en regard de leur variété, avec une bonne densité, d’une couleur homogène, présentant une riche palette de saveurs, qui ont été sélectionnés avec rigueur.
C’est le cas par exemple des IGP, AOP, et autres appellations d’origine.

Après la Roll’s Royce du poivre, il existe une qualité de grains un plus petits, le grade 2. C’est cette qualité que l’on rencontre le plus souvent lorsque l’on achète du poivre de qualité.

Ces poivres ont également été cultivés avec soin, récoltés et triés à la main, mais n’ont pas été retenus pour la première qualité : grains de couleurs moins homogène, densité moins élevée, taux d’humidité plus important… ce sont souvent des grains moins beaux, moins ronds, moins gros, mais ils sont tout aussi parfumés et intenses.

Vient ensuite la gamme des poivres récoltés rapidement, parfois de manière mécanique, plus ou moins mûrs, souvent pas assez, grossièrement triés, rapidement conditionnés pour être vendus rapidement.
Parfois même teintés par colorant (poivre rouge, poivre noir) ou blanchis  par traitements chimiques, ou encore séchés par déshydratation sur des tables à chaleur tournante pour gagner plusieurs jours de séchage.
C’est généralement cette qualité de poivres que vous trouverez sur de nombreux marchés des pays producteurs ou sur nos marchés lorsqu’ils sont vendus en gros.

Mal triés, mal nettoyés, il n’est pas rare de retrouver des corps étrangers au fond du sac, des petits morceaux de branche, de feuilles et pas mal de poussière…

On trouve également sur le marché une autre qualité de poivre, aux grains souvent chargés de poussière (c’est la poussière qui pique le nez), ce sont très souvent des poivres beaucoup trop vieux pour être commercialisés et qui sont vendus en vrac comme déclassés.
Leurs arômes sont passés et la péricarpe qui entourait le grain de poivre noir, vert, rouge s’est émiettée (et constitue une part de la poussière piquante autour des grains, même si une autre part provient souvent d’un lavage insuffisant).

Vient ensuite la pire des qualités à nos yeux : les poivres moulus, que certains appellent poivre gris.
Premièrement parce qu’un poivre une fois moulu se conserve très mal, il s’oxyde et perd ses arômes trop vite. Secondement parce que c’est dans le poivre moulu que l’on trouve les pires mélanges : poivres de mauvaise qualité, non triés, mixés avec les branches, les feuilles, autres baies piquantes, et tout ce qui peut augmenter le poids…
Le poivre gris est donc à proscrire de votre cuisine par définition, même pour gagner du temps.

Une fois ces différentes qualités en tête, vous pourrez vous y retrouvez un peu plus au moment de faire votre choix.

N’hésitez pas à demander le grade, ou la notation, du poivre que vous voulez acquérir

 

Les poivres du monde - Poivre de Penja fumé

Le mode de conservation :

Vient ensuite une autre notion importante, mais qui pour certains n’a aucune valeur, et nous avons malheureusement pu nous en apercevoir.

C’est le mode de conservation du poivre.

Nous avons tous l’image en tête, dès que l’on parle de poivres ou d’épices, de ces vendeurs d’Inde qui exposent des sacs complets ouverts aux yeux des touristes, attirés par la certitude de la qualité des produits proposés.

Eh bien c’est tout le contraire : des épices mal stockées, exposées à l’air, à la lumière et à la chaleur, n’ont jamais fait bon ménage avec la conservation des arômes. Cela donne plutôt des poivres éventés, passésvoire même irritants.

Alors nous commencerons par ce conseil lors de l’achat de poivres, que ce soit en boutique, sur internet ou sur un marché :

Observez le mode de stockage, cela vous en dira long sur l’intérêt du vendeur pour sa marchandise.

Une boite, un sceau hermétique, en métal ou en matière de norme alimentaire, des sacs parfaitement étanches et opaques feront de bons emballages.

Mais passez votre chemin lorsqu’on vous vend des épices dans un simple sac en plastique zippé, ou pire encore fermé avec une agrafe ou un joli cordon.
Ces contenants ne sont pas du tout adaptés à la conservation des poivres.

Le top en matière de conservation, restera toujours le sous vide entreposé à l’abri de la lumière et de la chaleur.

Attention également au temps de stockage avant votre achat.
Plus le marchand aura gardé en stock le poivre que vous allez acquérir, plus il aura perdu de ses qualités organoleptiques.

 

Votre culture organoleptique

Viendra ensuite votre propre connaissance organoleptique des poivres pour vous faire une idée de la qualité proposée.
Pour vous aider dans votre découverte des parfums et des saveurs du poivre, nous avons mis au point un processus de dégustation que nous expliquons dans notre article « Comment goûter le poivre« , qui sera bientôt disponible sur le site dans la rubrique Technique.

Comment goûter le poivre - sentir les grains entiers

 

Un bon poivre en 10 secondes :

Alors si nous devions résumer rapidement comment reconnaitre un bon poivre, nous vous dirions juste ceci :

Le vendeur doit avoir pris soin de sélectionner de beaux grains, d’une belle taille, d’un bel aspect (sans poussière, de teinte plaisante), le plus homogènes possible, récoltés au bon moment, ne contenant pas de débris, d’une odeur enivrante (pas fade, délaver ou poussiéreuse… et encore moins chimique !), son goût doit être à l’image de son nez (frais, dynamique, subtile, intense… il ne doit pas être rance, huileux…), et il aura pris soins de préserver un maximum les arômes de ces baies avec un packaging adapté.

 

Comment goûter le poivre - goûter le poivre en grains entiers

Le mot de la fin

Voici la fin de notre 1 ère part sur les poivres, nous espérons que cet article général vous à plu, n’hésitez pas à le partager 😉

Notre seconde partie portera sur la meilleur manière de déguster un poivre ou une épice.

Et notre troisième partie et quatrième partie traiteront des Piper nigrum produits à travers le monde, ou tout du moins d’une portion de cette espèce qui méritera 2 articles complets pour vous en parler un peu plus : leur goût, leur nez, leur piquant, comment les utiliser avec ou dans quel plat… suivant leur provenance, Sri Lanka, Colombie, Inde, Cambodge, Indonésie, Congo…

Nous voulions remercier tout particulièrement Soline de Terre Exotique, Amélie de Mes Épices et Benjamin de L’île aux épices, qui se sont joints à nous comme partenaires et nous ont permis de réaliser l’ensemble des articles sur le poivre.

Picto Facebook
Picto Twitter
Picto Pinterest
Picto Google+

Prochain ingrédient :

Ail noir

Découvrez comment utiliser l'ail noir.

Go !

Laissez nous un commentaire

Salut 61 Degrés,

Abonnez-vous !

Pour recevoir tous les lundis un condensé de nos saveurs directement dans votre boite email c'est ici !

Fermer

Mentions légales

Le site www.61degres.com appartient à Cédric Tomasini à titre personnel.

 

 

Design et développement : Studio VégétalGraphik - www.vegetalgraphik.com - 16 rue Jantet - 39100 Dole - France
Entreprise en nom propre / SIREN 510 587 843

 

Hébergement : 1and1 Internet Sarl - 7 place de la Gare - BP 70109 - 57201 Sarreguemines Cedex - France
SARL au capital de 100 000 Euros / SIRET 431 303 775 000 16

 

Pour exercer votre droit d'accès, de modification ou de suppression des données personnelles collectées par le biais du site, vous pouvez contacter Cédric Tomasini par courrier, téléphone ou email. Votre demande sera satisfaite dans les meilleurs délais.

 

Toute reproduction, même partielle, du site www.61degres.com est interdite, sauf autorisation contraire écrite de Cédric Tomasini.

Fermer

Charte des commentaires

A lire avant de commenter ! Quelques dispositions à respecter pour rendre les débats passionnants sur 61°Degrés.

 

 

Commentez pour enrichir :
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur 61°Degrés.

 

Les auteurs des articles vous lisent :
Les auteurs de 61°Degrés considèrent que leur travail ne s'arrête pas avec la publication de leurs articles et participent, dans la mesure de leur disponibilité, aux discussions qui les prolongent. Ils assurent eux-mêmes la modération des commentaires.

 

Respectez vos interlocuteurs :
Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot : le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

 

Conditions pour commenter :
Il n’est pas nécessaire d’être enregistré(e) sur le site pour pouvoir commenter, néanmoins, un nom et une adresse email sont requis. Le nom est affiché avec le commentaire. L’email n’est en aucun cas diffusé sur le site.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.

 

Contenus illicites et prohibés :
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

 

Modération des commentaires :
61°Degrés se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.
61°Degrés se réserve également le droit de supprimer tout commentaire contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des éventuelles réponses qui lui ont été faites. Elle peut s’accompagner du blocage de son auteur.

 

Merci pour votre participation à 61°Degrés

Fermer

Articles en partenariat :

Ce sont des articles écrits avec la participation de partenaires.
Ceux-ci ont été sélectionnés par nos soins, pour nous aider, nous financer, ou nous fournir le matériel pour nous permettre de travailler et faire les tests nécessaires sur un sujet que nous souhaitions aborder dans le site.

Exemple : les poivres du monde

 

 

Articles sponsorisés :

Ce sont des articles pour lesquels nous avons été rémunérés : en argent, en matière première ou en matériel pour écrire sur une thématique ou un produit donné à la demande d'un commanditaire (entreprise, marque, association, groupement...).
Les articles sponsorisés diffèrent des articles en partenariat, puisque nous avons été contactés pour réaliser cet article sur le sujet.
Mais seulement si le produit ou le matériel sur lequel nous devons écrire nous a plu, sinon il n'apparait pas sur le site.

 

 

Quoi qu'il en soit :

Qu'il soit question d'article, de recette, de technique ou autre... chacun des articles présents sur le site est écrit sans jamais laisser un partenaire ni un commanditaire nous dicter notre mode d'écriture, ni les propos que nous devons tenir à l'égard de son produit et de sa marque.
En bref ne racontons que ce que nous voulons dans nos articles.